Je vous souhaite...

Sophrologie 2020
On n’oublie pas la santé, un petit brin de folie et une pince de magie

Et si demain devenait maintenant ?

Vous remettez facilement à demain ? Vous agissez une fois acculé au pied du mur, mais surtout pas avant ? Vous avez une voix en vous qui dit « T’inquiète, ça ira » et « Demain est un autre jour » ?

Alors vous avez une part procrastinatrice qui œuvre. Certainement de préférence quand il s’agit d’un travail de longue haleine ou d’un travail de fond (examen ou travail avec date butoir lointaine ou ménage/repassage/jardinage/paperasse/comptabilité etc.). Elle est capable de faire disparaître la motivation en un clin d’oeil et propose tout genre d’activités alternatives, en garantissant une stimulation des circuits de la récompense… elle est maline !

Peut-être que vous vous êtes accommodé de ce fonctionnement et que ça vous convient.
Mais si cela génère chez vous un stress important, une mauvaise conscience et de la culpabilité, alors j’ai une bonne nouvelle : vous pouvez changer et je vous propose un accompagnement ciblé.

Je vous entends dire : « Super ! On verra ça demain… » Alors demain, je vous aiderai à apprivoiser cette part de vous, à en comprendre l’origine, les bénéfices, les inconvénients et puis à la moduler tout en respectant le reste du système.

Sophrologie Pays Basque Saint Jean de Luz

Décrocher la lune

préparation mentale sophrologie
La préparation mentale

« Un match se gagne d’abord dans la tête » Les sportifs le savent, mais ce phénomène s’applique dans tous les domaines de la psychologie du succès.

Avant de nous positionner avec une grande confiance en nous dans une situation de challenge, nous avons besoin de savoir la visualiser. Nous avons besoin de pouvoir imaginer de manière détaillée et réelle notre comportement souhaité, afin de pouvoir le mettre en pratique le moment venu.

C’est logique : quand nous savons à l’avance comment nous allons faire pour réussir, nous réussissons dans la majorité des cas. Mais quand nous ne pouvons pas nous imaginer atteindre notre but, alors nous arrivons rarement au résultat souhaité.

Grâce à la préparation mentale en sophrologie, nous pouvons influencer ce processus de manière positive et augmenter considérablement nos chances de réussite.

Comment ça marche ?

Nous détaillons les visualisations en activant tous nos sens. « Comment je réagis ? Où je me trouve ? Qui est là avec moi ? Quelle est ma position ? Vers où je regarde ? Qu’est-ce que j’entends ? Qu’est-ce que je ressens…. » etc. Il est important que l’image soit la plus précise possible, jusqu’à ressentir les nouvelles aptitudes, ressources et capacités. Des exercices ciblés font partie de cet accompagnement, ainsi que des changements de perspectives temporelles.

Notre cerveau ne fait pas la différence entre une situation réellement vécue et une situation imaginée. Grâce à ces visualisations, nous implantons de nouveaux « souvenirs » dans le cerveau, qui nous permettent d’augmenter notre confiance en nous dans le quotidien. Nous ancrons de cette manière des expériences imaginées comme expériences vécues dans le cerveau.

La répétition de ces expériences renforce les sensations agréables de plus en plus, jusqu’à ce que nous nous surprenions d’agir naturellement et automatiquement de la manière souhaitée.

Alors que ce soit une compétition, un concours, une prise de parole en public, un accouchement, un saut en parachute ou n’importe quel autre challenge, la préparation mentale peut vous permettre de décrocher la lune – du moins la vôtre !

La sophrologie à l'école

Apprendre à gérer son stress avant les examens, c’est bien utile. De plus en plus d’écoles ont compris l’intérêt de faire avec les élèves des d’exercices de respiration et de méditation, leur permettant ainsi de traverser cette période dense avec plus de sérénité. Petit reportage de France 3 Alpes.

Pour la préparation en groupe au cabinet ou dans votre établissement (Côte Basque & Landes), veuillez me contacter ici.

Vaincre son trac avec la sophrologie

vaincre son trac avec la sophrologie

Le cœur qui s’emballe, les mains moites, la gorge nouée, le sang qui monte dans la tête, des rougeurs sur le visage et le cou, la vue qui se trouble, les oreilles qui bourdonnent, les genoux qui tremblent, la tête qui se vide, impossible de vous souvenir de votre texte ou votre partition… Ça vous parle ?

Pas besoin d’être musicien, chanteur ou conférencier pour connaître ces sensations. Il suffit juste de devoir faire un exposé, une présentation, de défendre une idée qui vous tient à cœur ou de vouloir dire simplement quelques mots au mariage de votre meilleur(e) ami(e). Mais voilà, il y a le public : horde avide de vous juger, de vous manger tout cru, dès que vous trébuchez. En tout cas, c’est le signal que vous envoie votre cerveau avant de déclencher tous les symptômes corporels qu’on peut résumer en un mot : le trac.

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez vaincre ce trac.
La sophrologie est un moyen excellent pour y arriver !

Comment ça marche ?
Grâce aux exercices de relaxation dynamique vous allez apprendre à gérer votre stress. Pendant l’accompagnement personnalisé, vous allez comprendre la source de votre appréhension et avec l’aide des visualisations guidées, vous allez inverser la vapeur : transformer votre peur en énergie positive pour donner le meilleur de vous-même devant le public. Ce n’est pas de la magie, mais une technique, qui vous permet de mettre fin à ces perturbations.

Envie de vous lancer ? Prise de rendez-vous ici.

MICI et Sophrologie

Il est bien compliqué d’accepter le diagnostic d’une maladie dite « à vie ». Les maladies inflammatoires chroniques des intestins (MICI) font partie de cette catégorie. La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique évoluent en poussées et malheureusement on ne parle jamais de guérison quand les symptômes disparaissent, mais de rémission. Les symptômes, la gravité et les traitements varient d’une personne à l’autre, mais les malades ont en commun de devoir adapter leur mode de vie, de devoir se pencher sur leur alimentation et de devoir trouver les facteurs déclenchants des poussées, ce qui n’est pas une mince affaire, car un mode d’emploi universel n’existe pas. Je ne vais pas expliquer ici ce que sont les MICI en détail, en supposant que vous êtes concernés et connaissez donc ce chapitre.

La gestion du stress

Les MICI apparaissent souvent chez les jeunes adultes… Qui dit jeune adulte, dit vie trépidante : le travail, les études, peut-être des enfants en bas-âge etc. Ce sont des périodes de vie dans lesquelles nous sommes facilement submergés par le stress ( sans toutefois forcément l’identifier ! ) et parfois même le stress chronique s’installe. Ce stress peut être déclencheur ou facilitateur de poussées et en aucun cas il ne favorise une rémission. Il est donc primordial d’identifier et de gérer son stress. De manière passive, les massages relaxants, le shiatsu, le raiki et toutes autres méthodes qui calment le corps, peuvent faire beaucoup de bien. Démarche passive, car on consomme un soin et on laisse agir. De manière active il y a la sophrologie qui offre des techniques pour gérer soi-même le stress par la respiration, des exercices de relaxation dynamique et des relaxations méditatives profondes – on recrée un vrai bon lien au corps, malgré ses défaillances. Démarche active, car elle demande de la pratique pour s’approprier les outils et acquérir une totale autonomie.

La gestion de la douleur

La sophrologie peut également aider à gérer la douleur, ce qui peut être utile pendant les poussés, surtout quand les inflammations articulaires s’ajoutent au tableau.

Et le moral dans tout ça

Fatigue, plus aucune énergie, l’incompréhension des autres, peur de voyager, peur de l’autonomie réduite et tant d’autre paramètres qui n’aident pas à garder la moral. Je vous aiderai à transformer la faiblesse du corps en force mentale.

Mieux vivre avec sa maladie, récupérer une belle qualité de vie et ne plus s’identifier avec ses maux sont les objectifs de l’accompagnement spécialisé MICI, que je vous propose.

Accompagnement Sophro spécial MICI : 9-15 séances (selon besoins)
Durée de séance : 1h par Skype ou au cabinet Prix par séance : 50 ,- Euros

Mon expérience : Je vis avec une MICI depuis plus de 17 ans. Ma recherche de solutions alternatives et/ou complémentaires aux médicaments a été constante et j’ai testé beaucoup, beaucoup de choses. Il a fallu trouver l’écoute auprès du corps médical et apprendre à se positionner. Il y a eu des découvertes, des déceptions, de l’espoir et de la persévérance pour arriver à une gestion équilibrée. J’ai trouvé beaucoup d’aide dans la recherche de la part des médecins qui me suivent. Durant ce parcours, la sophrologie m’a tellement aidé, que finalement j’en ai fait mon métier. MICI Sophrologie

À la recherche de son Ikigai

Ikigai vient du japonais et n’a pas de traduction simple en français. On pourrait le traduire avec « raison d’être » ou encore « joie de vivre ». D’après les japonais, tout le monde a un Ikigai… mais il n’est pas facile de le connaitre, de le trouver et de le faire briller ! Bien souvent nous restons coincés dans les interstices du concept, espaces D1 à D4, puis on s’en accommode. Hors trouver son Ikigai, c’est se sentir en harmonie avec son entourage et soi-même, tout en faisant briller son potentiel et en étant heureux. Ce concept est avant tout appliqué dans le coaching professionnel, mais vous pouvez l’étendre à la vie de manière plus globale dans le but de vous poser quelques bonnes questions et de trouver les réponses.

Votre Ikigai se trouve à l’opposé de votre vie actuelle ? Prenez le temps de voir comment vous pouvez faire bouger les curseurs de votre vie pour tendre vers cette joie de vivre.
C’est un concept très exigeant, je vous l’accorde. Le plus important dans cet exercice est probablement de se poser les questions, de prendre conscience où on se situe et de décider si on est en accord ou non avec cette place.
sophrologue saint jean de luz

Voici les interstices, dans lesquelles nous pouvons stagner, rester coincés en s’adaptant, et qui valent la peine d’être éclairés :
D1 : Nous ressentons du plaisir et de la satisfaction (et c’est déjà chouette), mais nous pouvons éventuellement nous retrouver dans une situation de précarité.
D2 : Nous ressentons une autosatisfaction et une agréable excitation, mais nous sommes peut-être submergés par des sensations d’incertitude.
D3 : Nous sommes dans une situation confortable, ou même très confortable, mais nous pouvons ressentir du vide ou un manque de réalisation de soi.
D4 : Nous pouvons sentir de la satisfaction, mais nous avons peut-être la sensation d’être inutile.

Contrairement aux japonais, qui sont d’avis qu’un chacun doit trouver son Ikigai (car ils passent la majorité de leur temps au travail, alors tant qu’à faire…), nous pouvons très bien être très heureux dans notre interstice, car peut-être nous trouvons ce qui manque pour notre équilibre dans nos loisirs, nos familles, nos amitiés – dans nos temps de vie.

Exemple : Quelqu’un qui se trouverait par le travail dans l’interstice D4 a tout à fait la possibilité de faire quelques heures de bénévolat dans une association, pour se sentir comblé dans son besoin « d’utilité »… Quelqu’un qui se placerait en D3 a peut-être une passion qui lui permet de se réaliser (créativité, sport….).

Voilà ou se trouvent les limites du schéma japonais : contrairement à eux, nous disposons heureusement d’un temps de vie en dehors du travail !

Ikigai et sophrologie : en sophrologie nous apprenons d’être à l’écoute de nous-mêmes, puis faisons le point sur nos valeurs profondes et nos capacités. Nous prenons conscience de notre potentiel, parfois enfoui profondément. Nous cherchons à (r)établir l’harmonie de l’esprit et du corps. Nous pouvons alors nous poser les questions pour tendre vers l’Ikigai.

Où j’en suis dans ma vie ?
Qu’est-ce que j’aime faire ?
Qu’est-ce que je veux faire ?
Qu’est-ce que je sais faire ?
Qu’est-ce qui me rend heureux ?
De quoi ont besoin les gens autour de moi ?
Que puis-je faire pour (re)trouver ma joie de vivre ? …

Les enfants trop... ou pas assez...

Mélanger les lettres et les mots, confondre la droite et la gauche, renverser tout et se cogner, ne pas se tenir tranquille, ne pas pouvoir terminer ses phrases… « trop lent », « trop confus », « pas assez calme »… beaucoup  d’enfants sont diagnostiqués « dys »-quelque chose, ou hyper actif, et vivent très mal cette différence pointée du doigt.
La prise en charge passe alors par le travail avec des psychologues, des psychomotriciens et des orthophonistes. Elle peut aussi être complétée par les séances de sophrologie.
La sophrologie permet à l’enfant de s’approprier l’image de son corps, de mieux se situer dans l’espace et le temps et de développer des stratégies d’adaptation en découvrant ses ressources. Il apprend des techniques ludiques pour se décharger d’un trop plein, se calmer, et pour vivre sa différence de manière paisible. Il apprend également à se servir de cette « caisse à outils » en toute autonomie.
En résulte une meilleure confiance en soi, avec une mise en valeur de nouvelles capacités.
Pour expliquer les « dys »-fonctionnements courants, Adrien Honnons a créé des petits films d’animation qui expliquent d’une façon limpide, et avec tendresse, ces troubles…




Crée par Adrien Honnons

La sophrologie est un outil précieux quand...

Quand c’est le stress qui domine votre vie…

Quand vous vous sentez déconnecté de votre corps…

Quand vous devez vivre avec des douleurs et maux qui prennent trop de place dans votre vie…

Quand vous voulez vous préparer à un examen, à une compétition sportive, à une intervention chirurgicale importante, une prise de parole en public…

Quand vous ne savez plus où est vote place…

Quand vous souhaitez optimiser votre dialogue interne pour retrouver votre potentiel

Quand vous attendez un évènement heureux

Quand votre sommeil n’est plus au rendez-vous…

Quand vous voulez perdre du poids

Quand vous sentez le burn-out pointer…

ou tout simplement quand vous avez envie de lâcher prise, d’arrêter le temps un peu et de prendre un rendez-vous avec vous-même !